Sophie en dernière année de thèse de doctorat en Sciences à l’ULB

Sophie en dernière année de thèse de doctorat en Sciences à l’ULB

Je suis actuellement en dernière année de thèse de doctorat en Sciences à l’ULB, que je réalise dans le service de Chimie Quantique et Photophysique du département de chimie. Ma thèse porte sur l’étude de la composition chimique de l’atmosphère terrestre de surface (appelée couche limite) en utilisant des observations satellitaires prises dans l’infrarouge. Mon travail quotidien consiste en l’étude des mesures spectroscopiques prises par le satellite, et nécessite le développement de méthodes d’analyse efficaces et reproductibles. A la fin de ma thèse, je devrai me lancer dans la rédaction d’un manuscrit, reprenant l’ensemble des résultats que j’ai obtenus au cours de mes 4 années de doctorat. Une fois ma thèse défendue, j’aimerais continuer à faire de la recherche. J’espère pouvoir partir un an à l’Université d’Oxford, pour entreprendre des recherches sur la composition en vapeur d’eau de l’atmosphère de Titan.

Avant mon doctorat, j’ai fait mes études à l’ULB. En dernière année d’études secondaires, j’ai longtemps hésité entre étudier la physique et la chimie, mon rêve étant de devenir astrophysicienne. J’ai finalement opté pour la chimie et réalisé un Bachelier (3 ans) et un Master (2 ans) en sciences chimiques. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix. La chimie est pour moi une science centrale et offre une ouverture sur une multitude de domaines de recherche différents et passionnants. Au cours de mon Master, j’ai ainsi pu réaliser par exemple un stage à l’Institut d’Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB), où j’ai étudié la distribution du monoxyde de carbone (CO) dans l’atmosphère de Vénus par satellite. Ce fut un premier pas pour moi vers mon domaine de recherche actuel.
Faire de la recherche est passionant. Cela permet de continuer à apprendre et à développer sa compréhension du monde qui nous entoure. Comme tout travail, la recherche a ses inconvénients. Les solutions aux problèmes qui sont posés ne tombent pas du ciel et demandent de la persévérance. Il n’est pas rare de se retrouver coincé face à un problème pendant un certain temps et de manquer d’inspiration. Garder sa motivation et son envie de trouver des solutions est alors très important et est, pour moi, une des choses difficiles dans la recherche scientifique.

En savoir plus sur la carrière Chercheur R&D
Ou les études Master & PhD Scientifique

A découvrir