Le plastique à tout faire

Le plastique à tout faire

Méfie-toi des apparences ! Les matières plastiques souffrent trop souvent d’une mauvaise image. Ne dit-on pas que ce sont des dérivés du pétrole, qu’ils polluent, qu’ils ne sont pas biodégradables ? Le tableau est plutôt sombre, pas vrai ? Mais attention à l’intox ! La réalité est bien différente. Non seulement, se passer des matières plastiques aujourd’hui est quasiment impossible, mais il faut aussi savoir que c’est un domaine en pleine évolution !

Dans notre vie quotidienne, en santé, pour notre alimentation, dans nos voitures, nos maisons, nos appareils électroniques : il est partout. Mais au fait, qui l’a découvert et comment est-il fabriqué ? Un petit regard dans le rétroviseur s’impose.


« Plasticus » ou « plasticos » ?

Le mot plastique vient du latin « plasticus » et du grec « plasticos » et signifie « qui sert à modeler ». Dès 1875, le mot « plastique » est utilisé comme nom pour désigner une matière modelable qui permet de reproduire un objet. Aujourd’hui, on dirait plutôt….plasticine. Tiens! C’est la même racine!


Ce n’est qu’en 1913 que le plastique désigne des matières artificielles modelées à chaud puis rendues rigides en fin de fabrication. Cependant, la fabrication des premières matières plastiques semi-synthétiques remontent à 1862 avec la Xylonite produite au départ de nitrocellulose et surtout, en 1872 avec le celluloïd, un « plastique » transparent.

Les débuts du plastique : une révolution !

Le celluloïd a été inventé aux Etats-Unis. Il était obtenu au départ de cellulose qui avait réagi avec du camphre. Eastman, l’inventeur des films photos « Kodak », s’est servi de cette invention pour produire ses premières bobines! Le celluloïd a été le premier vrai plastique industriel.

Les matières semi-synthétiques ont ensuite servi à fabriquer de nombreux objets. Ils ont peu à peu été remplacés, dès les années 1910, par la bakélite, le premier plastique vraiment synthétique. Une invention…. du Belge Léo Baekeland!

Pour en savoir plus sur Léo Baekeland et son invention, va relire l’article sur la chimie verte!

De multiples nouvelles matières plastiques entièrement synthétiques ont ensuite été mises au point. Et c’est toujours le cas! Tu en connais sûrement les noms ou les initiales suivantes : polychlorure de vinyle (PVC), polyéthhylène, ABS (Acrylonitrile-butadiène-styrène), polypropylène…

En 1960, on comptait déjà plus de 500 types de matières plastiques différentes!

Découvre le recyclage du plastique en suivant la Plastimobile

La Plastimobile ? C’est une camionnette qui parcourt les écoles et événements dans toute la Belgique pour faire découvrir la plasturgie, et montrer comment fonctionne le recyclage du plastique. Et pas question de simplement regarder ! L’animateur te montre comment utiliser le matériel et ensuite, à toi de tester de tes propres mains !

Tu trouveras ici l’agenda de tous les événements où tu pourras voir la Plastimobile !

Ils ont aussi un blog et tu peux même les suivre sur Facebook !

Tu veux en savoir plus ? Alors clique ici.

Comment obtient-t-on un objet en plastique ?

Prenons un objet qui nous concerne tous: les bouteilles transparentes utilisées pour nos boissons ou nos savons de vaisselle. Elles sont fabriquées en polyéthylène téréphtalate (PET).

Pour les fabriquer, deux composants issus du pétrole sont utilisés: de l’éthylène glycol (un liquide) et une poudre: de l’acide téréphtalique. Ces deux produits sont des monomères, c’est-à-dire qu’ils sont composés de molécules simples.

Dans un premier temps, les deux composants sont mélangés en une sorte de pâte. Par la suite, cette pâte est chauffée et mise sous pression pour réaliser le processus d’estérification, c’est-à-dire accrocher les molécules monomères entre elles pour en faire une chaine polymère (composée de nombreuses molécules).
Vient ensuite la polycondensation,  au cours de laquelle les chaines de molécules vont finir de s’accrocher pour former un polymère complet. Après cette étape, le PET existe sous forme de granulés transparents. Toutes les impuretés en sont retirées. Il ne reste plus qu’à utiliser ces granulés pour former des films de plastiques, des fils, pour les mouler… Et en faire, par exemple, des bouteilles de sodas!

Le recyclage du plastique, c’est possible ?

Bien sûr, et ça évolue aussi !
Restons sur les bouteilles transparentes en PET (polyéthylène téréphtalate). Elles se recyclent parfaitement bien.
Une société allemande présente en Belgique et spécialisée dans les produits ménagers « verts » (issus de la chimie durable) vient même de passer à un recyclage à 100% de ses bouteilles de détergents en PET. Et toujours en gardant un aspect bien transparent au plastique recyclé.
En effet, les bouteilles en plastique que tu jettes à la poubelle sont triées, lavées, concassées et fondues pour faire ensuite de nouvelles bouteilles, des raviers pour fruits et légumes, des fibres textiles, des tapis et rembourrages de matelas, des sacs de couchage, des bacs, étagères, paniers, des bidons des tuyaux et bien d’autres choses encore.

Du plastique issu du pétrole vers un plastique biosourcé

Et à propos, le plastique n’est pas qu’un dérivé du pétrole ! De plus en plus, on voit arriver des bioplastiques. Ceux-ci sont produits au départ de matières premières renouvelables; comme le maïs, la patate douce, le blé, la canne à sucre, les oléagineux ou des protéines. Il y a même une entreprise qui crée du plastique à partir des protéines du lait périmé ! Avantage de ces plastiques « biosourcés » : ils sont eux aussi recyclables, mais en plus biodégradables. On peut même les composter !

Le plastique en Wallonie

Sais-tu qu’en Wallonie, il y a plus de 88 acteurs différents dans ce secteur :

  • Des entreprises
  • Des industries
  • Des producteurs de matières premières
  • Des transformateurs
  • Des bureaux d’étude ou de design industriel
  • Des distributeurs techniques
  • Des fabriquants de moules et de machines 
  • Des recycleurs
  • Des chercheurs
  • Des centres de compétences où l’on donne des formations (ex : Cefochim)
  • Des écoles

(source : Olivier Verhoven de Plastiwin : le groupement wallon de la plasturgie)

Les métiers possibles en plasturgie

Retrouve sur ce site web les métiers possibles dans le secteur. 

 

Laisse un commentaire

Tu as des remarques ou des commentaires? Alors complète ce formulaire.

Vous voulez travailler dans la chimie et les sciences de la vie?