Une année formidable ! Même pour les « mauvais » à l’école !

Une année formidable ! Même pour les « mauvais » à l’école !

L’année qui démarre fera-t-elle mieux que la précédente ? Les paris sont ouverts. Et en chimie comme en science des matériaux, le défi ne sera pas des plus faciles à relever. L’année écoulée a en effet été très riche en découvertes. Et parfois aussi en révélations surprenantes…

Un exemple ? Prenons celui de Jacques Dubochet. Ce souriant papy suisse à la barbe blanche répétait volontiers l’année passée qu’à l’école, il était « mauvais en tout » ! Il faut dire qu’il était dyslexique et que quand il était jeune, on ne se souciait pas beaucoup des enfants qui avaient ce genre de problème.

« À l’école, j’étais pourtant curieux. Tout m’intéressait, » explique-t-il. « Mais cela n’allait pas. Au fur et à mesure que j’avançais dans les classes, cela allait même de moins en moins bien. Ce qui m’a valu de faire toutes mes études secondaires en étant de plus en plus mauvais et en étant de plus en plus misérable dans tous les domaines ! »  Finalement, Jacques a quand même terminé ses études secondaires. Et il s’est ensuite lancé dans des études supérieures.

Pourquoi te racontons-nous cette histoire ? Parce que l’année dernière, Jacques Dubochet a reçu… le prix Nobel de Chimie ! Il s’agit de la plus haute distinction scientifique imaginable. Qu’a donc pu faire ce « mauvais en tout » à l’école pour mériter cette prestigieuse récompense ?

Avec deux chercheurs américains, il a révolutionné la microscopie. Grâce à son travail, il a permis d’améliorer la qualité des images prises au microscope électronique. Mais ce n’est pas en améliorant le microscope que Jacques Dubochet a permis aux savants du monde entier de pouvoir observer des protéines se replier, c’est en améliorant la préparation des échantillons à observer qu’il a permis d’améliorer grandement la qualité des images microscopiques. Son truc ? Il a mis au point une technique de refroidissement rapide des échantillons biologiques (on parle de « cryogénisation ») destinés à être étudiés au microscope électronique. Une technique qui permettait de ne pas détruire ces échantillons. Contrairement à la congélation classique utilisée auparavant qui faisait « éclater » cellules et molécules.

Mauvais en tout et finalement prix Nobel… Une leçon à méditer si tu as des problèmes scolaires !

Cliquez sur le bouton ci-dessous et découvrez d’autres découvertes qui ont vu le jour en 2017.

Tu veux en savoir plus ? Alors clique ici.

Des muscles imprimés en 3D

Mis à part ce fameux prix Nobel, l’année qui vient de se terminer a été riche en inventions touchant à la chimie, au vivant et aux matériaux. Un exemple ? Une nouvelle famille de muscles artificiels vient d’être mise au point aux États-Unis. Ces muscles se composent d’un squelette en origami inséré dans des ballons en plastique qui peuvent se gonfler et se dégonfler.

Quand on y injecte de l’air ou un liquide, le squelette origami imprimé en 3D s’active et peut effectuer un travail identique à ce que nous permettent nos propres muscles: soulever un poids, attraper ou tourner un objet par exemple. Cerise sur le gâteau: ces muscles artificiels sont capables de soulever jusqu’à mille fois leur propre poids ! De quoi réparer ou remplacer un être humain dans certaines situations difficiles ou dangereuses.

Les gants les plus résistants du monde

Au Chili, c’est une autre invention qui a vu le jour en 2017. On y a mis au point les gants les plus résistants du monde ! Ils résistent bien mieux que n’importe quels autres gants aux coupures, mais aussi aux coups tout en gardant une grande souplesse. De quoi améliorer la sécurité des ouvriers ou… de tes propres mains ! Leur secret ? Ils sont composés d’un nouveau matériau qui combine un mélange d’un caoutchouc-nitrile (un composé plastique souple) et de coton. Le tout est recouvert d’un cuir de chèvre. Avec ces gants, plus d’excuses pour ne pas donner un coup de main au jardin !

Stocker de l’électricité dans un liquide

Tu le sais, l’eau et l’électricité ne font pas bon ménage. Cela peut même être très dangereux. En Suède pourtant, les chercheurs de l’Université Chalmers ont réussi à utiliser un liquide pour produire et même stocker de l’électricité.
Bon, d’accord. Il ne s’agit pas d’eau, mais d’un composé liquide chimique contenant des molécules de rhuténium. Et ce liquide n’était pas directement chargé par de l’électricité, mais bien par l’énergie provenant des rayons solaires. Un peu comme une cellule photovoltaïque classique qui transforme la lumière en électricité.
Avec la batterie liquide suédoise, c’est un peu la même chose qui se produit. Sauf que l’énergie lumineuse qui a été captée est aussi stockée dans le liquide, qui peut ensuite la restituer sous forme d’électricité. Une sorte de pile liquide rechargeable au Soleil en quelque sorte. Incroyable, non ?

 

Ton bureau éclairé par des plantes vertes !

Et tant qu’on parle d’énergie… Éclaireras-tu un jour ton bureau avec une belle… plante verte ? La question n’est pas idiote. Les chercheurs américains viennent de mettre au point une méthode qui permet de rendre les feuilles de certaines plantes lumineuses. Comment ont-ils fait ? Ils insèrent dans les feuilles de ces plantes des nanoparticules qui entrainent ensuite une réaction chimique identique à ce qui se passe avec les lucioles, ces petits insectes qui peuvent briller la nuit.

=> Lien : voir Breaking Science sur les insectes lumineux


Ce qui est intéressant avec leurs travaux, c’est qu’ils n’ont pas du modifier génétiquement la plante pour qu’elle brille dans le noir. Ils lui ont simplement fait absorber de la luciférine en la plongeant dans un bain liquide riche en nanoparticules dopées de ce composé. Cette protéine réagit avec une enzyme, la luciférase, ce qui dégage de la lumière.

Leurs premiers essais sont impressionnants. Ils ont permis de faire briller des feuilles de cresson pendant 4 heures ! Il ne leur reste plus qu’à fabriquer un interrupteur !

Poussiéreuse la chimie ? Quand on voit ce qu’elle a permis de réaliser en 2017 (et on ne t’a parlé ici que d’un tout petit échantillon de ses dernières inventions), on se demande de quoi 2018 sera fait. Avis aux curieux !

 

 

 

Laisse un commentaire

Tu as des remarques ou des commentaires? Alors complète ce formulaire.

Vous voulez travailler dans la chimie et les sciences de la vie?