Vert... Je respire!

Vert... Je respire!

Le ciel est bleu, le Soleil est jaune, les nuages sont blancs (enfin… en Belgique ils sont surtout gris :-p ). Et les feuilles sont ? Vertes bien sûr! Mais à propos, pourquoi les feuilles sont-elles vertes? C'est à cause de certains pigments présents dans leurs cellules: la « chlorophylle ». Et ce pigment ne sert pas qu’à leur donner cette belle couleur verte. La chlorophylle est impliquée dans un des processus chimiques indispensables à la vie de la plante. Mais aussi de la vie sur Terre, dont la tienne. Ce processus s’appelle la photosynthèse.

{Petite parenthèse : sais-tu que la molécule de la chlorophylle est cousine de l’hémoglobine (dans notre sang, et que l’on peut utiliser la chlorophylle pour se débarrasser de l’eczéma, du psoriasis, ou encore de toutes les plaies et odeurs ? Lis-en plus ici. Mis à part pour la médecine naturelle, on l’utilise aussi comme colorant, et comme arôme (dans les chewing gum par exemple)}

Comment fonctionne la photosynthèse? C’est simple! Cette réaction chimique est à la base l’usine énergétique de la plante. En utilisant l’énergie de la lumière solaire, la plante fabrique sa nourriture (des « sucres ») au départ de l’eau et du dioxyde de carbone (le fameux CO2) qu’elle capte dans son environnement, mais aussi des matières présentes dans le sol.

En termes un peu plus savants, on dit que chez les végétaux, mais aussi chez certaines bactéries, la lumière permet une réaction chimique qui produit des molécules organiques (les glucides en question) au départ de molécules minérales simples comme le gaz carbonique (CO2) et l’eau (H2O).

Ce qui est aussi intéressant, c’est de remarquer que lors de la photosynthèse, les végétaux ne font pas que capter du CO2 dans l’air. Lors des réactions chimiques liées à la photosynthèse, les plantes vertes émettent aussi de l’oxygène: une molécule indispensable à notre propre respiration!

 

Cap sur la planète Mars grâce à la photosynthèse

Grâce à la photosynthèse, les végétaux jouent un rôle irremplaçable à la surface de la Terre. Et on parle bien ici de « végétaux » et pas juste de « plantes vertes »! Parce que les algues aussi sont capables de produire de l’oxygène et de capter le gaz carbonique présent dans leur environnement.

D’ailleurs, en Belgique, un laboratoire scientifique situé à Mol, en province d’Anvers, envisage même d’utiliser la production d’oxygène des algues pour permettre aux futurs astronautes qui iront explorer la planète Mars de respirer pendant toute la durée de leur mission. De la science-fiction? Pas du tout!

=>  Tu veux en savoir davantage sur cette incroyable aventure « belge » basée sur l’utilisation de la photosynthèse pour les voyages spatiaux ? Alors, lit ce qui suit.

Tu veux en savoir plus ? Alors clique ici.

Bienvenue à Mol, au Centre d’études nucléaire (SCK-CEN)! Ici, dans le laboratoire de microbiologie, on travaille depuis plus de dix ans sur la mise au point d’un système de recyclage de l’air pour les futurs vaisseaux spatiaux. Et ce système est basé sur la photosynthèse.

On le sait, l’organisation de longs voyages spatiaux humains pose de sérieux problèmes aux ingénieurs. Pas question pour un équipage de traîner derrière son vaisseau spatial une gigantesque remorque chargée de vivres, d’eau et de bouteilles d’oxygène pendant des millions de kilomètres. Il faut trouver autre chose. Pour l’oxygène, c’est la piste du recyclage et donc de la photosynthèse qui est suivie.

Cet automne, une expérience spatiale de production d’oxygène va, dans ce cadre, être organisée. Il s’agit d’une des facettes du programme MELiSSA (Micro-Ecological Life Support System Alternative), de l’ Agence spatiale européenne.

Baptisée ArtemISS, cette expérience veut montrer qu’il est possible de produire de l’oxygène dans un module fermé au départ d’algues. Cela va se dérouler à bord de la Station spatiale internationale. À l’aide d’un photobioréacteur, cette expérience doit prouver qu’en état d’apesanteur, les algues se comportent comme sur Terre. Oups…. On voulait dire comme dans les lacs et les océans…

L’expérience veut aussi confirmer que la situation d’apesanteur et de rayonnement (les algues ne seront pas exposées au Soleil, mais bien à une lumière artificielle parfaitement connue) n’influence pas la croissance des algues et leur production d’oxygène.

Sur Terre, les algues qui reçoivent de la lumière, de la chaleur et des nutriments sont, comme les plantes vertes,  capables de capter le dioxyde de carbone tout en produisant de l’oxygène. L’idée avec l’expérience ArtemISS est de vérifier si cela se produit également dans l’espace, et avec la même efficacité que sur Terre. D’après les simulations (qu’on appelle aussi « modèles mathématiques »), cela fonctionne parfaitement. Les ingénieurs sont donc confiants. Il ne leur reste plus qu’à vérifier en microgravité.

Et si cela fonctionne vraiment comme espéré, un équipage de rats sera alors également expédié en orbite, sur l’ISS. Sa mission: vivre dans une cellule hermétique où seul l’oxygène produit par les algues devra leur permettre de respirer normalement.

La route vers Mars est encore longue. Mais grâce à la photosynthèse, on risque bien d’y arriver un jour sans perdre son souffle! Même si les astronautes devront d’abord observer pendant de longs mois le bon fonctionnement de leurs photobioréacteurs « verts » avant de découvrir enfin la Planète Rouge!

Laisse un commentaire

Tu as des remarques ou des commentaires? Alors complète ce formulaire.